Page:Œuvres complètes de Frédéric Bastiat, Guillaumin, 1.djvu/18

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


sionné pour les exercices du corps, il se privait presque toujours de ces plaisirs, pour tenir compagnie à son ami que la faiblesse de sa santé éloignait des jeux violents. Cette amitié remarquable était respectée par les maîtres eux-mêmes ; elle avait des priviléges particuliers, et pour que tout fût plus complétement commun entre les deux élèves, on leur permettait de faire leurs devoirs en collaboration et sur la même copie signée des deux noms. C’est ainsi qu’ils obtinrent, en 1818, un prix de poésie. La récompense était une médaille d’or ; elle ne pouvait se partager : « Garde-la, dit Bastiat qui était orphelin ; puisque tu as encore ton père et ta mère, la médaille leur revient de droit. »

En quittant le collége de Sorrèze, Bastiat, que sa famille destinait au commerce, entra, en 1818, dans la maison de son oncle, à Bayonne. À cette époque, le plaisir tint naturellement plus de place dans sa vie que les affaires. Nous voyons pourtant, dans ses lettres, qu’il prenait sa carrière au sérieux, et qu’il gardait, au milieu des entraînements du monde, un penchant marqué pour la retraite ; étudiant, quelquefois jusqu’à se rendre malade, tour à tour ou tout ensemble, les langues étrangères, la musique, la littérature française, anglaise et italienne, la question religieuse, l’économie politique enfin, que depuis l’âge de dix-neuf ans il a toujours travaillée.

Vers l’âge de vingt-deux à vingt-trois ans, après quelques hésitations sur le choix d’un état, il revint, pour obéir aux désirs de sa famille, se fixer à Mugron, sur les bords de l’Adour, dans une terre dont la mort de son grand-père (1825) le mit bientôt en possession. Il paraît qu’il y tenta des améliorations agricoles : le résultat en fut assez médiocre, et ne pouvait guère manquer de l’être dans les