Page:Œuvres complètes de Frédéric Bastiat, Guillaumin, 1.djvu/22

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


M. Coudroy que nous connaissions, sa brochure sur le duel, nous a laissé une haute opinion de son talent, et l’on sait que Bastiat a eu un moment la pensée de lui léguer à finir le second volume de ses Harmonies. Il semblerait pourtant que dans l’association, l’un apportait plus particulièrement l’esprit d’entreprise et d’initiative, l’autre l’élément de suite et de continuité. Bastiat avait le travail capricieux, comme les natures artistes ; il procédait par intuitions soudaines, et, après avoir franchi d’un élan toute une étape, il s’endormait dans les délices de la flânerie. L’ami Coudroy, comme le volant régulateur de la machine, absorbait de temps en temps cet excès de mouvement, pour le rendre en impulsion féconde à son paresseux et distrait sociétaire. Quand celui-ci recevait quelque ouvrage nouveau, il l’apportait à Coudroy, qui le dégustait, notait avec soin les passages remarquables, puis les lisait à son ami. Très-souvent, Bastiat se contentait de ces fragments ; c’était seulement quand le livre l’intéressait sérieusement, qu’il l’emportait pour le lire de son côté : — ces jours-là, la musique était mise de côté, la romance avait tort, et le violoncelle restait muet.

C’était ainsi qu’ils passaient leur vie ensemble, logés à quatre pas l’un de l’autre, se voyant trois fois par jour, tantôt dans leurs chambres, tantôt à de longues promenades qu’on faisait un livre sous le bras. Ouvrages de philosophie, d’histoire, de politique ou de religion, poésie, voyages, mémoires, économie politique, utopies socialistes… tout passait ainsi au contrôle de cette double intelligence — ou plutôt de cette intelligence doublée, qui portait partout la même méthode et rattachait au moyen du même fil conducteur toutes ces notions éparses à une grande synthèse. C’est dans