Page:Œuvres complètes de Frédéric Bastiat, Guillaumin, 1.djvu/26

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


sion qu’il se décida à envoyer au Journal des Économistes son premier article : Sur l’influence des tarifs anglais et français. L’article parut en octobre 1844. L’impression en fut profonde dans le petit monde économiste ; les compliments et les encouragements arrivèrent en foule de Paris à Mugron. La glace était rompue. Tout en faisant paraître des articles dans les journaux, et surtout cette charmante première série des Sophismes économiques, Bastiat commence à écrire l’histoire de la Ligue anglaise, et pour avoir quelques renseignements qui lui manquent, se met en rapport avec R. Cobden.

Au mois de mai 1845, il vient à Paris pour faire imprimer son livre de Cobden, — qui lui valut neuf mois plus tard le titre de membre correspondant de l’Institut. On l’accueille à bras ouverts, on veut qu’il dirige le Journal des Économistes, on lui trouvera une chaire d’économie politique, on se serre autour de cet homme étrange qui semble porter au milieu du groupe un peu hésitant des économistes le feu communicatif de ses hardies convictions. De Paris, Bastiat passe en Angleterre, serre la main à Cobden et aux chefs des Ligueurs, puis il va se réfugier à Mugron. Comme ces grands oiseaux qui essayent deux ou trois fois leurs ailes avant de se lancer dans l’espace, Bastiat revenait s’abattre encore une fois dans ce nid tranquille de ses pensées ; et déjà trop bien averti des agitations et des luttes qui allaient envahir sa vie livrée désormais à tous les vents, donner un dernier baiser d’adieu à son bonheur passé, à son repos, à sa liberté perdue. Il n’était pas homme à se griser du bruit subit fait autour de son nom, il se débattait contre les entraînements de l’action extérieure, il eût voulu rester dans sa retraite, — ses lettres le prouvent à chaque