Page:Œuvres complètes de Frédéric Bastiat, Guillaumin, 1.djvu/34

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


dération de la richesse à celle du bien-être, et l’analyse des faits à la recherche des droits. Ad. Smith renferma la science économique dans des limites plus précises sans doute, mais incontestablement plus étroites. Seulement, Ad. Smith, en homme de génie qu’il était, ne s’est pas cru obligé de respecter servilement les bornes qu’il avait posées lui-même ; et à chaque pas sa pensée s’élève du fait à l’idée de l’utile général ou du juste, aux considérations morales et politiques. Mais sous ses successeurs, esprits plus ordinaires, on voit la science se restreindre et se matérialiser de plus en plus. Dans Ricardo surtout et ses disciples immédiats, l’idée de justice n’apparaît pour ainsi dire plus. — C’est de cette phase de l’école qu’on a pu dire qu’elle subordonnait le producteur à la production, et l’homme à la chose. Aussi faut-il voir avec quelle vivacité le vieux Dupont de Nemours protestait contre cet abaissement de l’économie politique : « Pourquoi, disait-il à J.-B. Say, restreignez-vous la science à celle des richesses ? Sortez du comptoir… ne vous emprisonnez pas dans les idées et la langue des Anglais, peuple sordide qui croit qu’un homme ne vaut que par l’argent… qui parlent de leur contrée (country) et n’ont pas dit encore qu’ils eussent une patrie… » Dupont de Nemours était un peu sévère pour J.-B. Say, dont l’enseignement économique a été beaucoup plus large et plus élevé que les systèmes qui avaient de son temps la vogue en Angleterre. Mais tout en abordant, quand le sujet l’y conduit, les aperçus philosophiques et moraux, Say n’en persiste pas moins à les considérer, en principe, comme étrangers à l’économie politique. L’économie politique est, selon lui, une science de faits et uniquement de faits :