Page:Œuvres complètes de Frédéric Bastiat, Guillaumin, 4.djvu/285

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.




PROPRIÉTÉ ET LOI[1].





La confiance de mes concitoyens m’a revêtu du titre de législateur.

Ce titre, je l’aurais certes décliné, si je l’avais compris comme faisait Rousseau.

« Celui qui ose entreprendre d’instituer un peuple, dit-il, doit se sentir en état de changer, pour ainsi dire, la nature humaine, de transformer chaque individu qui, par lui-même, est un tout parfait et solitaire, en partie d’un plus grand tout dont cet individu reçoive en quelque sorte sa vie et son être ; d’altérer la constitution physique de l’homme pour la renforcer, etc., etc… S’il est vrai qu’un grand prince est un homme rare, que sera-ce d’un grand législateur ? Le premier n’a qu’à suivre le modèle que l’autre doit proposer. Celui-ci est le mécanicien qui invente la machine, celui-là n’est que l’ouvrier qui la monte et la fait marcher. »

Rousseau, étant convaincu que l’état social était d’invention humaine, devait placer très-haut la loi et le législateur. Entre le législateur et le reste des hommes, il voyait la distance ou plutôt l’abîme qui sépare le mécanicien de la matière inerte dont la machine est composée.

  1. Article inséré au n° du 15 mai 1848 du Journal des Économistes. (Note de l’Éditeur.)