Page:Œuvres complètes de Frédéric Bastiat, Guillaumin, 6.djvu/662

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


opinion bien arrêtée. Il est bon de la combattre, non parce qu’elle vient de Chateaubriand, mais parce qu’elle est très-répandue.

« L’état matériel s’améliore (dit-il), le progrès intellectuel s’accroît, et les nations, au lieu de profiter, s’amoindrissent. — Voici comment s’expliquent le dépérissement de la société et l’accroissement de l’individu. Si le sens moral se développait en raison du développement de l’intelligence, il y aurait contre-poids, et l’humanité grandirait sans danger. Mais il arrive tout le contraire. La perception du bien et du mal s’obscurcit à mesure que l’intelligence s’éclaire ; la conscience se rétrécit à mesure que les idées s’élargissent. » (Mémoires d’Outre-Tombe, vol. XI.)

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .