Page:Œuvres complètes de Guy de Maupassant, XVI.djvu/189

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Une heure plus tard mon mari rentrait. Rose ne leva même pas les yeux sur lui, mais il leva les yeux sur elle, lui. Elle sentait déjà la verveine à plein nez. Au bout de cinq minutes elle sortit.

Il me demanda aussitôt :

— Qu’est-ce que c’est que cette fille-là ?

— Mais… ma nouvelle femme de chambre.

— Où l’avez-vous trouvée ?

— C’est la baronne de Grangerie qui me l’a donnée, avec les meilleurs renseignements.

— Ah ! elle est assez jolie.

— Vous trouvez ?

— Mais oui… Pour une femme de chambre.

J’étais ravie. Je sentais qu’il mordait déjà.

Le soir même, Rose me disait :

— Je puis maintenant promettre à Madame, que ça ne durera pas plus de quinze jours. Monsieur est très facile.

— Ah ! vous avez déjà essayé ?

— Non, Madame ; mais ça se voit au premier coup d’œil. Il a déjà envie de m’embrasser en passant à côté de moi.

— Il ne vous a rien dit ?

— Non, Madame ; il m’a seulement demandé