Page:Œuvres complètes de Maximilien de Robespierre, tome 1.djvu/112

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Grosset fit voir qu’il les réunissoit toutes au plus haut degré. Retenu, pour ainsi dire malgré lui, dans la carrière dramatique, entrainé par l’amitié vers une gloire qu’il sembloit fuir, il consentit à composer une comédie, et la scène françoise compta un chef d’œuvre de plus.

Cette pièce excita au même degré l’admiration et l’envie. Une foule de gens de lettres, dont elle mit l’amour-propre au désespoir, écrivit, intrigua, cabala contr’elle, et le public l’applaudit avec transport : Les critiques et les Cabales ont disparu, et la pièce durera aussi lontems que la langue françoise.

Je ne m’amuserai point à en relever les beautés ; je ne répéterai point tout ce que les gens de goût ont tant de fois observé sur la finesse et l’énergie avec lesquelles les caractères sont tracés et approfondis ; sur l’aisance, le naturel et la vivacité du dialogue ; sur la conduite de l’action qui à l’intérêt soutenu et gradué avec tant d’art jusqu’au dénouement, réunit le mérite trop rare et trop peu senti de la simplicité. Je n’ajouterai point que cet ouvrage digne par les autres qualités théâtrales d’être rangé parmi nos meilleures Comédies les efface peut être toutes par la vigueur, l’éclat, la fascilité, l’élégance et les grâces du style ; je n’observerai pas qu’il n’en est aucune dont on retienne et dont on cite plus de vers ; qui fournisse un plus grand nombre de ces traits frappans, de ces pensées délicates et profondes, de ces expressions neuves et originales, que la raison publique érige en proverbes : nommer le Méchant, c’est dire beaucoup plus que tout cela, et le plus ridicule comme le plus inutile de fous les soins seroit, à mon avis, de louer une pièce qui dèz sa naissance fut tout à coup élevée à la réputation de ces ouvrages immortels que l’admiration de plusieurs siècles a consacrés.

Le Méchant mit le sceau à la gloire de Gresset, il le placoit au rang des grands maîtres de l’art dramatique et sembloit le destiner a faire renaître les jours les plus brillans de la Scène comique. Bientôt l’académie françoise confirma