Page:Œuvres complètes de Maximilien de Robespierre, tome 1.djvu/168

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Ils ignorent quelles angoisses le spectacle d’une injustice fait éprouver à une âme fière et sensible, à quel point il tourmente la mémoire et la pensée, combien il fait sentir le besoin impérieux de prévenir ou de réparer le crime ; ils ne connaissent point ce trouble, cette horreur involontaire qu’excitent dans tous les sens, la vue, l’idée seule d’un oppresseur triomphant ou impuni ».

Pour honorer le héros qui avait été l’un de ses membres, l’un de ses enfants, l’Académie de la Rochelle mit son Éloge au concours.

En 1789, parut sans nom d’éditeur un Éloge de messire Charles-Marguerite-Jean-Baptiste Mercier Dupaty, président à mortier au Parlement de Bordeaux par M. R. avocat en Parlement. La brochure porte pour épigraphe deux vers d’Horace :

Multis ille bonis flebilis ocudit.
Nulli flebilior quain mihi…[1]

Quel est cet R. avocat en Parlement ? Les uns disent que l’auteur est Robespierre ; M. Delayant, ancien bibliothécaire de la ville de la Rochelle a contesté cette paternité et estimé que l’auteur de cet éloge était M. Réaud, avocat en Parlement, mais nous avons vainement cherché des renseignements sur cet avocat. La question eût été vite tranchée si l’Académie de la Rochelle avait conservé les quatre manuscrits originaux qui lui avaient été adressés pour le concours qu’elle avait ouvert. Ces mémoires ont existé : puisque Delayant les a signalés[2], mais en dépit de toutes les investigations, les recherches sont restées vaines[3]. Pour le dis-

  1. In-8° 46 pages. Nous connaissons quatre exemplaires de cette brochure : à la Bibliothèque Nationale, à la Bibliothèque d’Arras, à celle des Archives départementales du Pas-de-Calais (provenance Barbier), à la Bibliothèque de la Rochelle.
  2. Léopold Délayant. Bibliographie rochelaise, œuvre posthume publiée par ordre du Conseil municipal avec une préface de Georges Musset, La Rochelle, Siret. 1882.
  3. Nous remercions tout particulièrement M. Musset, bibliothécaire de la