Page:Œuvres complètes de Maximilien de Robespierre, tome 1.djvu/217

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


voir la salle d’audience, je voulais voir le tribunal où siégeât les échevins. Je fais chercher le portier dans toute la ville, il vient, il ouvre, je me précipite dans la salle d’audience. Saisi d’un respect religieux je tombe à genoux dans ce temple auguste et je baise avec transport le siège qui fut jadis pressé par le fessier du grand T…

C’était ainsi qu’Alexandre se prosternait aux pieds du tombeau d’Achille et que César allait rendre hommage au monument qui renfermait les cendres du conquérant de l’Asie.

Nous remontâmes sur notre voiture ; à peine m’étais-je arrangé sur ma botte de paille que Carvin s’offrit à mes yeux ; à la vue de cette terre heureuse nous poussâmes tous un cri de joie semblable à celui que jettèrent les Troyens échappés au désastre d’Ilion lorsqu’ils aperçurent les rivages de l’Italie.

Les habitants de ce village nous firent un accueil qui nous dédommagea bien de l’indifférence des commis de la porte de Méaulens. Des citoyens de toutes les classes signalaient à l’envi leur empressement pour nous voir ; le savetier arrêtait son outil prêt à percer une semelle, pour nous contempler à loisir ; le perruquier abandonnant une barbe à demi faite, accourait au devant de nous le rasoir à la main ; la ménagère, pour satisfaire sa curiosité, s’exposait au danger de voir brûler ses tartes. J’ai vu trois commères interrompre une conversation très animée pour voler à leur fenêtre ; enfin nous goûtâmes pendant le trajet qui fut, hélas ! trop court, la satisfaction flatteuse pour l’amour-propre de voir un peuple trop nombreux s’occuper de nous. Qu’il est doux de voyager, disais-je en moi-même ! On a bien raison de dire qu’on n’est jamais prophète dans son pays ; aux portes de votre ville on vous dédaigne ; six lieues plus loin, vous devenez un personnage digne de la curiosité publique.

J’étais occupé de ces sages réflexions, lorsque nous arrivâmes à la maison qui était le terme de notre voyage. Je n’essaierai pas de vous peindre les transports de tendresse qui éclatèrent alors dans nos embrassements : ce spectacle vous aurait arraché des larmes. Je ne connais dans toute l’his-