Page:Œuvres de Blaise Pascal, I.djvu/236

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


188

��ŒUVRES

��CBD soit une demie circonférence, soit posée une moitié du poids en D, l'autre en C. Lors ces deux poids G, D, pesant vers A, ne feront point d'autre effet sur le levier CBD, sinon qu'ils le presseront également par les bouts Cj D pour le courber. Supposant donc qu'il est assez

����FiG.

��roide pour ne pas plier, ils demeureront de mesme que s'ils étoient attachés aux bouts du diamètre DAG, sans qu'il soit besoing de l'^ppuy B sur lequel le levier, chargé de ses deux poids, ne fait aucun effort : quand cet appuy n'y sera pas, le tout demeurera de mesme que quand il y sera, ce qui est assez clair.

Que si le poids est divisé en plus de deux parties égales et, qu'estant estendu sur des portions égales du levier, deux d'icelles parties se rencontrent aux poincts G, D, les autres dans l'espace GBD, celles qui seront en G, D ne chargeront point l'appuy B ; quant aux autres, elles le chargeront, mais d'autant moins que plus elles approche- ront des poincts G, D, auxquels finit la charge. Ainsy, il s'en faudra beaucoup que toutes ensemble estendues char- gent autant l'appuy que si elles estoient amassées en B.

Davantage, soient pris les arcs égaux BG, BD, plus grands chacun qu'un quart de circonférence, et soit ima- ginée la ligne droicte DG. Puis, estant divisé le poids en deux parties égales seulement, soit attachée l'une en G^

�� �