Page:Œuvres de Blaise Pascal, I.djvu/287

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


VERS ET LETTRE DE JACQUELINE PASCAL 239

Mais non, sage Apollon, je ne te blâme plus De rendre mon travail et mes vœux superflus, En ne m'accordant pas cette faveur extrême.

Je recognois ma faute, et je veois à présent

Que tu n'es pas injuste en me le refusant,

Puisque c'est un pouvoir que tu n'as pas toy mesme

��SONNET DE DEVOTION

Février 16W.

Grand et parfait autheur de la terre et de l'onde. Créateur et soutien du moindre des mortels. Je viens avec respect, au pied de tes autels, Implorer la bonté qui maintient tout le monde.

C'est là qu'avec raison tout mon espoir se fonde, Et c'est là qu'attendant les décrets éternels, Je brave les démons et leurs desseins cruels. Et que j'entends sans peur le tonnerre qui gronde.

Mais la force du mal qui m'accable les sens Rend mon cœur abattu, mes desseins impuissans, Et modère le feu qui ranimoit mon zele.

Grand Dieu I si je finis dans ces froides langueurs, Conserve pour le moins mes sincères ardeurs. Et fais que mon amour ne puisse estre mortelle.

�� �