Page:Œuvres de Blaise Pascal, II.djvu/442

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


4S2 ŒUVRES

« Saint Augustin sur les paroles du prophète Roy : Sed tu^ Domine, usquequo... exprime à merveille ce retardement de Dieu dans les âmes qui désirent l'abondance de ses grâces, et auxquelles Dieu les diffère : Vides animam luctanlem cum vitiis suis et a medico dilatam, afin que la santé luy soit plus chère * . »

V. 18 mars 1650.

« Je vous a vois fait response, et je crois que vous aurez eu le mesme sentiment que moy, et que vous n'aurez rien perdu aux lettres que vous n'aurez pas reçues ; car Dieu se contente qu'on expose son estât à ceux qu'on doit prendre pour sa conduitte ; après quoi, il remesdie souvent par luy mesme aux choses pour lesquelles on a eu recours aux créa- tures. »

VI. Vendredi 3 juin.

ce Je croy, ma chère sœur, que vous aurez maintenant la response de M. Singlin du 24 du passé. Je ne sçay ce qu'il vous mande, sinon qu'il me fit l'honneur de me parler de ce que vous luy proposiez pour vostre retour, qui estoit de vous jeter céans pour tenter si vous pourriez obtenir permission d'y demeurer au moins un temps. Il agita beaucoup ce des- sein, après quoi il me semble qu'il conclut que vous pourriez voir si cela vous reussiroit. Vous escrivez maintenant, ma chère sœur, pour savoir si vous devez attendre M. votre beau frère ; la voye seroit plus seure et plus convenable que toute autre ; et sans ce retardement il ne faudroit pas penser à autre chose, et en ce cas vous ne pourriez pas eschapper de ses mains, parce qu'il faudroit, comme vous dites, qu'il vous remit entre celles de M. vostre père. Mais d'ailleurs aussy vous auriez cette raison de demander uneretraitte, en laissant une si bonne compagnie en vostre place. M. Singlin dit qu'il n'y a que vous qui puissiez juger ce qui sera le mieux ; c'est pour quoy il faut beaucoup prier Dieu de vous faire choisir le»

��1. Voir Enarratio in Psalmum F/, verset i3.

�� �