Page:Œuvres de Blaise Pascal, VI.djvu/336

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


320
ŒUVRES


promettaient déjà les advantages. C'est le but qu'ils avoient devant les yeux quand ils forgerent cinq propositions sous des termes équivoques et ambigus, et ils ne les attribuerent aux deffenseurs de la grace, que pour faire retomber sur eux la censure qui s'en feroit, s'ils eussent esté assez heureux pour l'obtenir. Car ces propositions estant d'une part susceptibles d'un mauvais sens, et pouvant d'un autre costé estre reduites au sens tres-veritable et tres-Catliolique, qui est soustenu par les disciples de S. Augustin : Les Molinistes se sont flattez de l'esperance de pouvoir faire aisément condamner toutes ces propositions à cause du mauvais sens dans lequel elles pouvoient estre entenduës, et de rejetter ensuite cette censure sur la doctrine de ceux qui font profession de suivre les sentimens de ce S. Pere de l'Eglise. Les fabricateurs si équitables et si sinceres de ces propositions ne se promettaient rien moins d'une invention si subtile que la confusion publique, et le silence eternel de leurs adversaires ; puis qu'ayant par cet artifice persuadé à tout le monde que la doctrine de M. l'Evesque d'Ipre, et des disciples du sainct Docteur de la grace seroit condamnée d'erreur, et porteroit sur le front des marques et des flestrisseures d'heresie ; Ils n'auroient plus aucune peine à establir, et à faire recevoir paisiblement, et sans opposition la grace suffisante Molinienne, non seulement comme une opinion probable, mais aussi comme la foy certaine, la doctrine necessaire, et le sentiment indubitable de toute l'Eglise... [p. 349].

p. 9. Et certainement quoy qu'une telle censure qui seroit donnée sur des propositions ambiguës, et toutes equivoques ne pûst pas servir dans le fonds pour condamner les sentimens, ny du grand sainct Augustin, ny de son fidelle interprete M. Jansenius Evesque d'Ipre, ny des autres disciples de ce sainct Docteur de la Grace, puis qu'ils n'ont jamais enseigné ny tenu ces propositions dans le mauvais sens qu'on leur peut donner, et selon lequel seulement elles seroient condamnées : toutefois les Jesuites qui ont un grand respect pour le sainct Siege, quand ils l'ont surpris, et qui le mespri-