Page:Œuvres de François Villon Thuasne 1923 t2.djvu/247

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée

COMMENTAIRE ET NOTES

��■j)

��ejus tepor et dolor, quare non forsitau siislhicl omis sut corporis. » Liher- canonis Aviccmie (Venise, 1505, in-40). lib. III, fen xx, tract. I, cap.xi, fol. 280». — Dans les haras, la mise des genouillères aux étalons est pratiquée pour la même cause. — Et soy soustenir sur les pattes ; l'ex- pression convient bien à cette brute lascive qu'était ce Perrinet Mar- chant.

LXVII. — « S'il se trouvait quelqu'un qui n'eût pas reçu les legs que je lui envoie, poursuit Villon, qu'il les demande, après ma mort, à mes hoirs Moreau, Provins, Robin Turgis, lesquels ont eu jusqu'au lit où je suis couché. »

V. 776. — Ont eu jusqu'au lit ou je gis.

Ceci doit s'entendre par antiphrase ; car lorsqu'on sait que Moreau était juré des Rôtisseurs de Paris, que Provins était pâtissier en la rue de Chaume, enfin que Turgis était le célèbre patron de la Pomme de Pin, on devine que Villon était endetté vis-à-vis de ces derniers jusqu'à devoir leur abandonner son lit pour s'acquitter envers eux, si jamais pareille idée lui était venue à l'esprit ; toutes allusions à sa vie d'étu- diant, et antérieures à son départ de Paris en 1456.

— « Nul ne pooit entrer ens que il ne me veist gésir en mon lit. » Joinville, p. 179. « Je me levai de mon lit la ou je gisoie. » Id., p. 221. « Gis tu en lict ? » J. Régnier, Fortunes et adversité:^, fol. 54 v». — « Item, ledit testateur laisse a son serviteur le lit ou icellui testateur gisoit. » Tuetev, Testaments, p. 427. — Se gire, se gésir s'employaient également bien : « comme Alixandre se gisoit en son lit. » Fr. 707, fol. 69': (xve s.).

LXVIII. — Devant son pseudo-clerc « Fremin » qui l'écoute — s'il ne dort — Villon va commencer à tester : il proteste tout d'abord de ses intentions ironiquement bienveillantes à l'endroit de ses héritiers.

V. 782. — - En ceste présente ordonnance...

« En ceste présente ordenance testamentaire dist et afferma estrc sa derreniere volenté. » Tuetey, Testaments, p. 552.

V. 785-84. — Et ne la vueil magnifester

Si non ou royaume de France.

�� �