Page:Œuvres de Vauvenargues (1857).djvu/440

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée

que la réflexion, c’est qu’elle donne plus de force pour exécuter.

126. Si les passions font plus de fautes que le jugement, c’est par la même raison que ceux qui gouvernent font plus de fautes que les hommes privés [1].

127. Les grandes pensées viennent du cœur [2].

128. Le bon instinct n’a pas besoin de la raison, mais il la donne [3].

129. On paie chèrement les moindres biens, lorsqu’on ne les tient que de la raison.

130. La magnanimité ne doit pas compte à la prudence de ses motifs [4].

131. Personne n’est sujet à plus de fautes que ceux qui n’agissent que par réflexion.

132. On ne fait pas beaucoup de grandes choses par conseil [5].

133. La conscience est la plus changeante des règles [6].

134. La fausse conscience ne se connaît pas.

135. La conscience est présomptueuse dans les saints, timide dans les faibles et les malheureux, inquiète dans les

  1. [Bien. — V.] Cette Maxime dément la 123e, car les passions sont la nature, et le jugement c’est la raison ; or, l’auteur dit ici que les passions font plus de fautes que le jugement. — M. — Je crois qu’il faut entendre par la première de ces deux Maximes, que la raison nous trompe, proportion gardée, plus souvent que la nature, Vauvenargues croyant, comme il l’établit dans la seconde Maxime, que la raison a moins souvent occasion de faire des fautes que la nature, parce que le nombre des actions qu’elle dirige est beaucoup moins considérable. — S.
  2. [Très-beau. — V.] — Voltaire dit ailleurs, à propos de cette Maxime : « C’est ainsi que, sans le savoir, Vauvenargues se peignait lui-même. » — Aimé-Martin remarque, à son tour : « Mme de Lambert avait dit : Rien ne peut plaire à l’esprit, qu’il n’ait passé par le cœur ; Vauvenargues dégage cette pensée de ce qu’elle a d’étroit et de brillant ; il dit : Les grandes pensées viennent du cœur ; et voilà une âme qui se peint, et tout le monde retient cette ligne, qui est l’expression du sublime. » — G.
  3. [Bien. —V.]
  4. [C’est grand. — V.]
  5. [Bien. — V.]
  6. [Bien. — V.]