Page:Œuvres de Walter Scott, Ménard, traduction Montémont, tome 25, 1838.djvu/36

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


royaume par droit de naissance ; mais la difficulté de faire valoir une telle prétention dut être pressentie par tous ceux qui osèrent y penser. Le monarque écossais tâcha donc de réparer la perte qu’il avait faite en remplaçant sa première épouse, qui était une princesse anglaise, sœur de notre Édouard Ier par Juletta, fille du comte de Dreux. Les solennités de la cérémonie nuptiale, qui fut célébrée dans la ville de Jedburgh, furent très pompeuses et très remarquables ; mais au milieu d’une des fêtes brillantes qui furent données à cette occasion, apparut un horrible spectre, un affreux squelette, forme sous laquelle on représente d’ordinaire le roi des épouvantements[1]… Votre Seigneurie peut rire, si elle trouve à cela quelque chose de plaisant ; mais il existe encore des hommes qui l’ont vu de leurs propres yeux, et l’événement n’a que trop bien prouvé de quels malheurs cette apparition était le singulier présage. — J’ai entendu parler de cette histoire, dit le chevalier, mais le moine qui me l’a racontée pensait que ce spectre était peut-être un personnage assez malheureusement choisi, qu’on avait à dessein introduit dans le spectacle. — Je n’en sais rien, » répliqua sèchement le ménestrel, « mais une chose certaine, c’est que, peu de temps après, le roi Alexandre mourut, au grand chagrin de son peuple. La Vierge de Norwége, son héritière, suivit promptement son grand-père au tombeau, et le roi d’Angleterre, sire chevalier, réclama aussitôt une soumission et un hommage qui disait-il, lui étaient dus par l’Écosse, mais dont ni les jurisconsultes, ni les nobles, ni les seigneurs, ni même les ménestrels de l’Écosse n’avaient pas encore entendu parler.

— Malédiction ! interrompit sir Aymer de Valence, ceci n’est pas dans notre marché. J’ai promis d’écouter avec patience votre récit, mais non de vous laisser outrager Édouard Ier, de bienheureuse mémoire ; je ne souffrirai pas que son nom soit prononcé devant moi sans le respect dû à son haut rang et à ses nobles qualités. — Oh ! dit le ménestrel, je ne suis ni un joueur de cornemuse, ni un généalogiste montagnard, pour porter le respect de mon art jusqu’à chercher querelle à un homme noble qui m’arrête dès mon début. Je suis Anglais : je souhaite à mon pays tout le bien possible ; et je dois dire la vérité, mais j’éviterai les sujets qui pourraient engendrer quelque contestation. Votre âge, seigneur chevalier, quoiqu’il ne soit pas des plus mûrs, m’autorise à penser que vous pouvez avoir vu la bataille de Falkirk et d’autres combats sanguinaires, dans les-

  1. Expression de Bossuet.