Page:Œuvres de Walter Scott, Ménard, traduction Montémont, tome 25, 1838.djvu/95

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


frayante. Après s’être entretenu quelque temps avec lui, sir John de Walton remit à l’abbé la lettre dont il était porteur, pour le jeune homme logé sous son toit. L’ayant remise à Augustin, le révérend père fut chargé par lui de faire au gouverneur anglais une réponse si hardie, qu’il était effrayé d’avoir à transmettre un pareil message : il s’agissait d’annoncer que « le jeune homme ne pouvait ni ne voulait recevoir en ce moment le chevalier anglais ; mais que, si celui-ci revenait le lendemain après la messe, il était probable qu’on pourrait lui apprendre les choses qu’il désirait connaître. — Ce n’est pas une réponse, dit sir John de Walton, qu’il convienne à un pareil bambin d’envoyer à un homme de mon importance, et il me semble, père abbé, que vous ne consultez guère votre sûreté personnelle en me transmettant un message aussi insolent. »

L’abbé tremblait sous les plis de son large vêtement d’étoffe grossière ; et de Walton, s’imaginant que son trouble était la conséquence d’une frayeur coupable, l’invita à se rappeler la soumission qu’il devait à l’Angleterre, les bienfaits qu’il avait reçus de lui-même, et les suites probables de sa faute, s’il était pour quelque chose dans l’insolence d’un jeune étourdi qui osait braver le pouvoir du gouverneur de la province.

L’abbé mit la plus vive anxiété à se disculper de ces accusations. Il jura sur son honneur que la réponse impertinente du jeune homme provenait de l’égarement que sa maladie avait opéré dans son cerveau. Il rappela au gouverneur que, comme chrétien et comme Anglais, il avait lui-même des égards à observer envers la communauté de Sainte-Brigitte, qui n’avait jamais donné au gouvernement anglais le moindre sujet de plainte. Tout en parlant, l’ecclésiastique semblait puiser du courage dans les privilèges attachés à son caractère. Il dit qu’il ne pourrait permettre qu’un enfant malade, qui s’était réfugié dans le sanctuaire de l’église, fût arrêté ni soumis à aucune espèce de contrainte, à moins qu’il ne fût accusé d’un crime spécial, susceptible d’être immédiatement prouvé. Les Douglas, cette race orgueilleuse, avaient toujours respecté le sanctuaire de Sainte-Brigitte, et il n’était pas à supposer que le roi d’Angleterre, fils obéissant et respectueux de l’Église de Rome, agirait avec moins de vénération pour les droits de cette Église, que les partisans d’un usurpateur, d’un homicide, d’un excommunié tel que Robert Bruce.

Walton fut fortement ébranlé par cette remontrance. Il savait