Page:Œuvres de Walter Scott, Ménard, traduction Montémont, tome 26, 1838.djvu/116

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Jeanie était si habituée à voir le laird la regarder toujours fixement, que souvent elle s’apercevait à peine de sa présence ; elle craignit cependant quelquefois qu’il n’empruntât le secours de la parole pour exprimer l’admiration qu’il lui témoignait par ses regards. Alors, pensait-elle, adieu tout espoir d’union avec Butler ; car son père, quoique d’un esprit inflexible en matières politiques et religieuses, n’en avait pas moins pour le seigneur terrien ce respect si profondément enraciné chez les paysans écossais de cette époque. De plus, sans que Butler lui déplût précisément, l’instruction mondaine de ce jeune homme était souvent l’objet des sarcasmes de Davie, sarcasmes qui, s’ils ne lui étaient pas inspirés par un sentiment de jalousie, annonçaient au moins des dispositions peu favorables pour celui qui en était l’objet. Enfin un mariage avec Dumbiedikes aurait présenté un attrait irrésistible à un homme qui se plaignait ordinairement de se sentir capable de prendre une trop grande brassée des choses de ce monde. Les visites du laird étaient donc fort désagréables à Jeanie, à cause des conséquences qu’elles pouvaient avoir, et ce fut une grande consolation pour elle, en quittant le lieu qui l’avait vue naître, de penser qu’elle avait vu pour la dernière fois Dumbiedikes, son chapeau galonné et sa pipe. La pauvre fille ne le croyait pas plus capable de venir la trouver à la butte de Saint-Léonard, qu’un des pommiers qu’elle avait laissés enracinés dans le verger de Woodend. Ce fut donc avec plus de surprise que de plaisir que, le sixième jour après leur installation à Saint-Léonard, elle vit arriver le chapeau galonné, la pipe et le laird. Il la salua comme à l’ordinaire : « Comment vous portez-vous, Jeanie ? Où est votre père ? » Puis il se plaça, autant qu’il le put, de la même manière qu’à Wooden. Aussitôt qu’il fut assis, déployant une puissance extraordinaire de conversation, « Jeanie ! dit-il, Jeanie ! » Ici il étendit la main, les doigts écartés, comme pour lui saisir l’épaule, mais avec tant de timidité et de gaucherie que, Jeanie ayant reculé d’un pas, sa main resta suspendue en l’air, toujours ouverte, comme la pâte d’un griffon dans des armoiries. « Jeanie, » continua-t-il, se trouvant dans un moment d’inspiration ; « Jeanie, il fait un temps superbe aujourd’hui, et les routes ne sont pas mauvaises pour voyager. — Qu’a-t-il donc aujourd’hui, » murmura Jeanie entre ses dents, « pour prononcer une phrase aussi longue ? » Elle avoua ensuite qu’elle avait laissé percer dans ses manières quelque chose du mécontentement qu’elle éprouvait,