Page:Œuvres de Walter Scott, Ménard, traduction Montémont, tome 26, 1838.djvu/216

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


excitèrent un mécontentement universel, et beaucoup de ressentiments particuliers.

Au milieu de la chaleur de ces dissensions, on s’occupa enfin du jugement d’Effie Deans, qui était déjà depuis plusieurs semaines en prison, et M. Middleburgh résolut d’aller visiter la famille pour s’assurer de son témoignage. Il choisit donc un beau jour pour diriger sa promenade du côté de Saint-Léonard.

Cette excursion dans la campagne devait sembler assez lointaine à un bon bourgeois de ce temps-là, quoique maintenant il y en ait beaucoup qui habitent des maisons dans les faubourgs de la ville, qui s’étendent bien au-delà du lieu dont il est ici question. Une promenade de trois quarts d’heure cependant, faite avec toute la lenteur convenable à un magistrat, amena notre digne bailli aux rochers de Saint-Léonard, devant l’humble demeure de Davie Deans.

Le vieillard était assis sur un banc de gazon placé à l’extrémité de sa chaumière, et s’occupait à raccommoder de ses propres mains un harnais de charrette : car dans ce temps les ouvrages qui demandaient le plus de soin et d’adresse regardaient le chef de la famille lui-même, même lorsqu’il jouissait d’une certaine aisance. Après avoir relevé la tête, à l’approche d’un étranger, il continua de s’occuper de son travail avec le même air de gravité austère. Il eût été impossible de deviner, sur ses traits et dans ses manières, le profond chagrin qui l’accablait intérieurement. M, Middleburgh attendit un moment que Deans s’aperçût de sa présence et commençât la conversation ; mais il rompit le premier le silence que continuait à garder le vieillard.

« Mon nom est Middleburgh, M. James Middleburgh, un des magistrats actuels de la ville d’Édimbourg. — Cela se peut, » répondit laconiquement le vieux Deans sans interrompre son travail.

« Vous devez savoir, continua le bailli, que le devoir d’un magistrat est souvent pénible. — Cela se peut, répondit Davie ; je ne le conteste point, » et il continua de garder un sombre silence.

« Vous ne pouvez ignorer non plus, continua le magistrat, que nos fonctions nous obligent souvent à la désagréable nécessité de faire de fâcheuses enquêtes dans les affaires des autres. — Cela peut être, reprit encore Deans ; je n’ai rien à dire là-dessus ni pour ni contre ; mais je sais qu’il y eut jadis dans la ville d’Édim-