Page:Œuvres de Walter Scott, Ménard, traduction Montémont, tome 26, 1838.djvu/309

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


pas d’un bon présage. Adieu ; l’Éternel vous bénisse, Reuben ! »

Pour éviter un si mauvais augure, elle se hâta de sortir pendant que ses traits conservaient encore le sourire doux et mélancolique qu’elle s’était efforcée de montrer à son amant, afin de l’aider à rappeler son courage. Lorsqu’elle eut quitté sa chambre, où elle était apparue comme un songe, il sembla à Butler que la faculté de voir, de parler et de réfléchir, venait de l’abandonner. Saddletree, qui ne tarda pas à rentrer, l’accabla de questions auxquelles il répondit sans les entendre, et de dissertations dont il ne comprit pas une syllabe. À la fin le savant bourgeois se rappela qu’il devait se tenir ce jour-là une cour foncière à Loan-Head, et que, quoique cela n’en valût pas beaucoup la peine, il ne ferait pourtant pas mal d’aller voir ce qui se passait, car le bailli était un brave homme, et ne serait point fâché d’avoir son conseil dans l’occasion.

Aussitôt qu’il fut parti, Butler se hâta de prendre la Bible, la dernière chose que Jeanie eût touchée. À son extrême surprise, il en tomba un papier contenant deux ou trois pièces d’or. Elle avait marqué les 16e et 25e versets du 37e psaume : Le peu que possède l’homme de bien vaut mieux que toutes les richesses du méchant. — J’ai été jeune ; et je suis vieux maintenant ; cependant je n’ai jamais vu le juste abandonné, ni sa postérité réduite à mendier son pain.

Profondément pénétré de la délicatesse avec laquelle la tendresse de Jeanie avait cherché à couvrir sa propre générosité, en la déguisant sous la forme d’un secours que la Providence même envoyait à ses besoins, il pressa les pièces d’or sur ses lèvres avec plus d’ardeur qu’un avare. Toute son ambition fut alors d’imiter sa fermeté et sa religieuse confiance dans le ciel ; et son premier soin fut d’écrire au vieux Deans, pour lui faire part de la résolution de sa fille et son voyage à Londres. Nous parlerons plus tard de l’effet que produisit cette épître. Butler la confia à un honnête paysan[1], qui avait de fréquentes relations avec Deans, qui lui vendait le produit de ses vaches ; il se chargea volontiers d’aller à Édimbourg pour lui remettre lui-même la lettre.

  1. À force de recherches, je suis parvenu à découvrir, et je puis assurer à mes lecteurs, que le nom de ce paysan était Saunders Broadfoot, et que son genre de commerce était la vente en gros de lait de beurre. Saunders Broadfoot aurait pour équivalent chez nous Alexandre au pied large.