Page:Œuvres de Walter Scott, Ménard, traduction Montémont, tome 26, 1838.djvu/427

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


chibald, comme le temps qu’a duré votre absence me le fait présumer, et je crois, » ajouta-t-elle avec un sourire engageant, « qu’un petit verre de véritable rosa-solis ne vous fera pas de mal. — Je vous remercie, mistress Glass, » répondit le premier valet de chambre du grand seigneur ; « mais je suis obligé de retourner immédiatement près de milord ; » et saluant poliment les deux cousines, il sortit de la boutique de la dame du Chardon.

« Je suis bien aise que vos affaires soient en si bonne route, ma chère Jeanie, dit mistress Glass, quoiqu’il n’y eût guère d’inquiétude à avoir dès le moment que le duc d’Argyle avait la bonté de s’en charger. Je ne vous ferai aucune question, puisque Sa Grâce, qui est la prudence même, se propose de me dire tout ce que vous savez, ma chère, et sans doute encore bien des choses que vous ne savez pas ; de sorte que, si vous avez le cœur trop plein, vous pouvez, en attendant, commencer à l’épancher avec moi, puisque vous voyez que le bon plaisir de Sa Grâce est que je sois instruite de tout ; et que ce soit par vous ou par lui, vous concevez que cela ne fait aucune différence. Si je suis au fait d’avance de ce qu’il aura à me communiquer, j’en serai d’autant mieux préparée à lui donner mon avis ; et, après tout, je vous le répète, que ce soit vous ou lui qui m’en instruisiez, cela ne peut rien faire du tout ; ainsi vous pouvez me dire tout ce qu’il vous plaira ; seulement songez bien que je ne vous fais aucune question. »

Jeanie était un peu embarrassée ; elle se disait que la communication qu’elle aurait pu faire à sa cousine était peut-être le seul moyen qui fût en son pouvoir de s’acquitter de son obligeante hospitalité, en lui accordant cette satisfaction. Mais son jugement lui fit immédiatement comprendre que son entrevue avec la reine Caroline, qui avait été accompagnée d’une espèce de mystère, n’était pas un sujet qu’il convînt de livrer au commérage de mistress Glass, à qui elle croyait plus de bonté que de prudence. Elle répondit donc, sans entrer dans aucun détail, que le duc avait eu l’extrême bonté de faire beaucoup de démarches au sujet de la triste affaire de sa sœur, et qu’il croyait avoir trouvé un moyen d’obtenir une bonne issue ; mais qu’au surplus il se proposait de dire à mistress Glass tout ce qu’il en pensait.

Ceci ne satisfit pas entièrement la curieuse maîtresse du Chardon. Aussi pénétrante que son râpé le plus fin, elle pressa Jeanie