Page:A. Belot - Les Stations de l’Amour.djvu/111

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

vaux. De cette façon, elle est devenue une vraie dame de compagnie, une amie que je puis présenter partout et qui n’est nulle part déplacée. Elle joue passablement du piano, chante agréablement, et nous faisons tous les jours de la musique ensemble. Elle se fait passer pour veuve. Tu verras que tu en raffoleras comme moi.

· · · · · · · · · · · · ·
Ta Cécile.



— 109 —