Page:A. Challamel.- Les Clubs contre-révolutionnaires.djvu/117

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
107
INTRODUCTION

mais que ce ne seroit pas une suite de Décrets faits en peu de joui’s qui établiroit cette force constitutionnelle ; que plusieurs des relations du Pouvoir exécutif avec le Corps législatif, les Municipalités et les Assemblées administratives étoient déjà déterminées, que l’on détermineroit successivement les autres à mesure que Ton formeroit les différentes parties de la Constitution, et que la collection des articles qui, dans chacun des chapitres, traiteroient du Pouvoir exécutif, composeroit celui dans lequel ses fonctions et ses prérogatives seroient constitutionnellement fixées ; mais que ce chapitre devoit être le dernier, parce que le Pouvoir exécutif étoit la clef de la voûte, qui ne peut être placée que lorsque toutes les autres parties de l’édifice oui reçu leur forme et leur disposition.

« Ces Messieurs nous annoncèrent leur projet de rendre compte au Public de ce qui s’étoil passé, d’arrêter et de publier une Déclaration de principes Impartiaux, et de former un Cbib^ dans lequel seroient admis tous ceux qui feroient profession de penser comme eux. Nous nous séparâmes, et il n’y eut point d’autre conférence indiquée.

M Voilà, Monsieur, le récit de ces deux conversations aussi exact que ma mémoire peut me les rappeler ; car je vous avouerai que je n’en ai pas tenu note, ne croyant point être dans le cas de faire imprimer. Ce sont les interprétations peu fidèles de divers journaux qui m’y engagent ; et comme c’est le vôtre qui le premier en a parlé, je vous prierai de vouloir bien y insérer ma lettre, qui sera la première et la dernière sur cet objet.

« Depuis le 6 janvier (1790) nous avons vu paraître les Principes impartiaux et le Club se former ; mais tout en rendant justice aux vues patriotiques des Membres de ce Club^ tout en adoptant plusieurs de leurs principes, il y en a quelques-uns sur lesquels nous sommes certainement d’avis différent ; aussi leur profession de foi politique n’a-t-elle été ni adoptée, ni signée par aucun de nous. « Le Duc dk la Rûchbfquc.auld (1). »

Le duc de La Rochefoucauld, après avoir voté l’affranchissement des noirs, réclama la liberté de la presse, se prononça contre les ordres religieux, et jouit d’une grande popularité ; mais il se rallia à la droite pour déclarer nationale la religion catholique, puis il (1) Gazette nalioïKile, ii" CO. ilu inorcrodi lOmai’s 171(0.