Page:Abd-Allâh ibn Abd-Allâh - Le présent de l'homme lettré.djvu/34

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


gences, des oppositions et des mensonges contre Dieu Très-Haut et contre Jésus son prophète. Tout cela est connu et patent, les chrétiens ne sauraient le nier et nous le démontrerons suffisamment.

Premier exemple de leurs erreurs : Au premier chapitre de son Évangile Marc dit qu’il est écrit dans le livre d’Ésaïe le prophète[1], de la part de Dieu : « J’envoie mon ange devant toi, c’est-à-dire devant Jésus ». Cette parole ne se trouve pas dans le livre d’Ésaïe, mais dans celui de Malachie[2]. Voilà certes une erreur colossale que d’attribuer à un prophète une parole qui ne se trouve pas dans son livre. Second exemple. Au chapitre XIII[3] de son Évangile Matthieu met dans la bouche de Jésus cette parole : « Après ma mort, mon corps sera dans le sein de la terre trois jours et trois nuits, comme Jonas est resté dans le ventre du poisson ». Cette parole est évidemment erronée et en voici la preuve : Matthieu, en cela d’accord avec les trois autres évangélistes, déclare que (selon leur opinion) Jésus est mort la sixième heure du vendredi, a été enterré la première heure du jour[4], le samedi, et est ressuscité d’entre les morts le matin du dimanche.

Il ne serait donc resté dans le sein de la terre (toujours selon leur opinion) qu’un seul jour et deux nuits, ce qui est en opposition avec la déclaration de Matthieu que Jésus aurait dit qu’il y resterait trois jours et trois nuits, comme Jonas est resté dans le ventre du poisson. De cet exemple on peut conclure aux autres erreurs de Matthieu et il est permis d’en déduire que Jésus n’a pas dit de lui-même et que Dieu non plus n’a dit à l’égard de Jésus dans l’Évangile qu’il serait tué et resterait enseveli ni un jour et deux nuits, ni trois jours et trois nuits. Au contraire, il nous est permis d’admettre comme vraie la parole de Dieu dans son précieux livre (le Korân) : « ils ne l’ont pas tué ni crucifié, mais Dieu l’a élevé auprès de lui[5] ».

Troisième exemple. Marc raconte que notre Seigneur, le Messie, après sa résurrection d’entre les morts, s’entretint avec les Apôtres et monta au ciel, ce même jour, ce qui est en opposition avec la narration de Luc dans son livre des Actes. En effet, selon ce dernier, Jésus ne serait monté au ciel que quarante jours après sa résurrection d’entre les morts.

  1. C’est en effet la vraie leçon. Le Texte reçu présente la leçon « dans les Prophètes ».
  2. Malachie III, 1.
  3. Lisez XII, v. 40.
  4. Var. : Nuit.
  5. Corân IV, 156 et 157.