Page:Abeille - Coriolan, 1676.djvu/20

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


vangeance. Ma conduite, & celle de ce grand Autheur, ſont appuyées ſur des raiſons priſes de la nature des mouvemens de noſtre ame. Dans les atteintes ſubites de pluſieurs paſſions oppoſées, la derniere bleſſure eſt touſiours la plus ſenſible. De deux biens que l’on recherche avec ardeur, celuy que nous perdons nous inſpire avec plus de douleur le regret de ſa perte, que la poſſeſſion de celuy qui nous reſte ne nous inſpire de plaiſir. Ainſi Camille eſt plus vivement touchée de la perte impreveuë de Coriolan, que du plaiſir de la vangeance qu’elle pourroit exercer ſur ſa rivale : & le coup qu’Aufide vient de porter à ſon cœur