Page:Abeille - Coriolan, 1676.djvu/50

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Et devenant ſenſible à l’amour de mon frere,
Montrez à Virgilie un chemin pour me plaire.
Juſques-là qu’entre nous nos deſſeins ſoient ſecrets :
À Coriolan meſme : autrement, point de paix.
C’eſt à vous maintenant d’éviter ſa preſence,



SABINE.

Il vient, Madame,



VIRGILIE.

Helas !



CAMILLE.

Partez en diligence.



VIRGILIE.

Eh qu’au moins devant vous je luy diſe…



CAMILLE.

Partez.
Les Veſtales deſia ſçavent mes volontez ;
Madame, tout eſt preſt.



VIRGILIE.

Ô Ciel ! quelle eſt ma peine,
Où vay-je ?



CAMILLE.

On vous attend, Sabine, qu’on la meine.