Page:Abeille - Coriolan, 1676.djvu/54

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Eſloigné de ſon cœur croit-elle que ie vive ?
Suis-moy…



ALBIN.

Quoy, vous voulez la voir encor captive ?
La remettre au pouvoir…



CORIOLAN.

Non, ie veux ſeulement
Luy dire que ie vais expirer en l’aimant,
Mes ſoins pour l’attendrir peut-eſre auront des charmes,
Helas, ſans m’émouvoir j’ay veu couler ſes larmes !
J’ay ſur ſon triſte cœur par des coups inhumains,
Fait l’eſſai des rigueurs que j’apreſte aux Romains.
Elle eſt de ma fureur la premiere victime.
Courons à ſes genoux reparer noſtre crime.
Vien, cher Albin…







Scène V



CORIOLAN, AUFIDE, ALBIN.



CORIOLAN.


SEigneur, on m’enleve à mes yeux,
On m’arrache l’objet… que vous aimez le mieux !



AUFIDE.

Seigneur, on m’avoit dit…



CORIOLAN.

Camille la renvoye :
Pour vous la conſerver il n’eſt plus qu’une voye,
Qu’un moment.