Page:Abensour - Les vaillantes, 1917.djvu/271

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


pour tous les services pratiques de l’armée : signaux, transmission des ordres, télégraphie, cuisines de campagne, premiers secours. C’est la Women’s volunteer reserve, « organisation de femmes entraînées et disciplinées à rendre service à l’État, chacune suivant ses aptitudes » [1].

Les Femmes dans l’armée ! Quelle révolution, quel signe des temps nouveaux ! N’allons pas croire cependant que l’Angleterre innove tout à fait. On a vu chez elle servir au xviiie siècle un corps d’amazones. Sous la Révolution, Mme Tallien a demandé que toutes les femmes fussent astreintes à un service militaire. Au xxe siècle, Mme Marguerite Durand, Hubertine Auclert, ont, aux divers congrès féministes, fait les mêmes propositions. « Si les femmes peuvent faire la popote et le ménage de la famille, ne peuvent-elles pas faire, me disait la première, la popote et le ménage de la grande famille ? » Mme Dieulafoy a, nous l’avons vu, repris les mêmes idées.

Dans certains pays, les femmes ont conquis le droit d’aspirer aux carrières militaires et — avant la guerre il est vrai — on citait quelques Finlandaises officiers de marine.

L’Angleterre ne fait donc que réaliser en temps de guerre une idée déjà esquissée.

N’allons pas croire non plus que la formation de W. V. R. procède d’une idée féministe.

Comme un journal féministe l’a fait bien remarquer,

  1. Statuts de la W. V. R.