Page:Abramowski - Les Bases psychologiques de la sociologie.djvu/12

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

psychique, peut être pris pour objet de la science, et alors, son classement dans la catégorie de la causalité, la recherche des causes qui conditionnent son existence, l’observation des phénomènes par le prisme de la continuité des faits, s’impose forcément à la pensée humaine, en raison de cet axiome, impliqué a priori dans notre conscience et ne connaissant aucune exception dans le monde des phénomènes, que tout ce qui devient, devient par quelque chose, est l’effet des autres phénomènes qui le déterminent. L’idéologie peut donc être aussi bien considérée comme un produit historique, que les rapports économiques mêmes, d’autant plus, que les recherches des sciences sociales démontrent sa dépendance étroite des processus économiques, son union intime et profonde avec le développement des forces productrices de la société, ses influences et ses actions mutuelles avec tout le côté matériel de la vie sociale, si bien enchevêtrées entre elles, qu’il est impossible d’apercevoir la continuité d’une évolution purement économique, libre de ces termes idéologiques qui s’interposent dans les séries des phénomènes économiques, comme leurs causes ou effets. — Il n’y a donc aucun principe qui permette de délivrer l’idéologie, les phénomènes de la conscience sociale, artificiellement éliminés, du joug du déterminisme historique, et d’en faire le champ exclusif et libre de la création politique.

Ce serait une échappatoire non moins maladroite de la pensée, qui voudrait se débarrasser de cette antinomie méthodique, que d’affirmer — comme on le fait cependant souvent — que l’action finale de la politique, quoiqu’elle ne puisse en rien changer l’évolution sociale même, l’accélère néanmoins : l’avenir sortirait du sein du présent le même avec notre action finale que sans elle ; il sortirait tel qu’il est déterminé par le développement historique, dont nous-mêmes, avec notre idéal et notre travail créateur, ne sommes qu’un terme spécifique ; l’action politique pourrait — dit-on — seulement accélérer cette naissance de l’avenir, n’ajoutant cependant rien de nouveau à la qualité de son contenu. L’accomplissement d’un certain problème historique, s’il doit arriver, arriverait nécessairement, comme étant déterminé par une causalité historique, aveugle, implacable, et ne connaissant aucune hésitation ; nous-mêmes nous ne pourrions que raccourcir son évolution spontanée, à l’aide des efforts conscients de notre volonté, à l’aide d’une action politique, de la propagande des idées. De cette manière, la contradiction serait résolue par la division du domaine de l’évolution et de la création — entre le côté qualitatif et quantitatif de la vie. Du côté qualitatif