Page:Acker - Le Beau jardin, 1912.djvu/86

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
72
LE BEAU JARDIN

allemand manque complètement en Alsace. Jusque dans la masse populaire, la culture française, spécialement la langue, gardent un grand prestige ; de même, la culture des sens (M. Wittich entend par cette expression tout ce qui touche à l’éducation, au savoir-vivre et aux arts) et les vues politiques et sociales sont encore absolument françaises. Quant à la bourgeoisie et aux notables, leur culture n’a presque pas subi de modifications. Dès lors, comme dans le peuple entier la culture des sens et l’esprit démocratique de la France ont poussé de profondes racines, comme enfin la vie entière de la population et de l’État s’est imprégnée d’esprit particulariste, on peut prévoir que, pendant un temps illimité encore, l’Alsace opposera nettement sa culture mixte ou française à la culture allemande.

La France avait toujours porté, au plus haut point, respect à cette individualité alsacienne. Il faut rendre cette justice à M. Wittich qu’il comprend et honore cette piété filiale