Page:Actes du Congrès de Vienne, 1816.djvu/259

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
(251)


[N.° 15.]

DÉCLARATION

DES PUISSANCES

SUR L’ABOLITION DE LA TRAITE DES NÈGRES,

DU 8 FÉVRIER 1815.




Les Plénipotentiaires des Puissances qui ont signé le traité de Paris du 30 mai 1814, réunis en conférence, ayant pris en considération que le commerce connu sous le nom de traite des Nègres d’Afrique a été envisagé, par les hommes justes et éclairés de tous les temps, comme répugnant aux principes d’humanité et de morale universelle ;

Que les circonstances particulières auxquelles ce commerce a dû sa naissance, et la difficulté d’en interrompre brusquement le cours, ont pu couvrir jusqu’à un certain point ce qu’il y avait d’odieux dans sa conservation ; mais qu’enfin la voix publique s’est élevée dans tous les pays civilisés pour demander qu’il soit supprimé le plutôt possible ;

Que, depuis que le caractère et les détails de ce commerce ont été mieux connus, et les maux de toute espèce qui l’accompagnent, complètement dévoilés, plusieurs des Gouvernemens européens ont pris en effet la résolution de le faire cesser, et que successivement toutes les Puissances possédant des colonies dans les différentes parties du monde ont reconnu, soit par des actes législatifs, soit par des traités et autres engagemens formels, l’obligation et la nécessité de l’abolir ;