Page:Actes du Congrès de Vienne, 1816.djvu/261

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
(253)


ils ne le poursuivront pas sans de justes ménagements pour les intérêts, les habitudes et les préventions mêmes de leurs sujets, lesdits Plénipotentiaires reconnaissent en même temps que cette déclaration générale ne saurait préjuger le terme que chaque Puissance en particulier pourrait envisager comme le plus convenable pour l’abolition définitive du commerce des nègres : par conséquent, la détermination de l’époque où ce commerce doit universellement cesser, sera un objet de négociation entre les Puissances ; bien entendu que l’on ne négligera aucun moyen propre à en assurer et à en accélérer la marche ; et que l’engagement réciproque contracté par la présente déclaration entre les Souverains qui y ont pris part, ne sera considéré comme rempli qu’au moment où un succès complet aura couronné leurs efforts réunis.

En portant cette déclaration à la connaissance de l’Europe et de toutes les nations civilisées de la terre, lesdits Plénipotentiaires se flattent d’engager tous les autres gouvernements, et notamment ceux qui, en abolissant la traite des nègres, ont manifesté déjà les mêmes sentiments, à les appuyer de leur suffrage dans une cause dont le triomphe final sera un des plus beaux monuments du siècle qui l’a embrassée, et qui l’aura si glorieusement terminée.

Vienne, le 8 Février 1815.

         Signé   Castlereagh.                     Palmella.
Stewart. Saldanha.
Wellington. Lobo.
Nesselrode. Humboldt.
C. Lœwenhielm. Metternich.
Gomez Labrador. Talleyrand.


----