Page:Adam (Lamber) – Païenne, 1883.djvu/16

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


manoir paternel. J’y mets une condition : vous m’enverrez, en retour, deux sonnets de Pétrarque illustrés.

Payez votre compliment ce qu’il vaut, signé par vous.

Voici mon paysage :

« Entre les rives changeantes, sablonneuses, dévastées, de la Durance et les versants nus des Alpines, s’étend l’une des plaines les plus riches de notre Provence.

« Oasis dans laquelle se cache le châtelet de Saint-Estève.

« Au milieu des vastes prairies, un canal répand le limon jaune et fertile du fleuve.

« L’eau chante plus clair, coule plus vite, devient plus légère lorsqu’elle pénètre dans nos vergers, tandis que les oiseaux gazouillent plus lourdement dans les arbres aux fruits nombreux.