Page:Adam (Lamber) – Païenne, 1883.djvu/20

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


fleurir avec les fleurs, chanter avec les oiseaux, sourdre avec les sources, voir tout d’or dans le soleil, croire qu’on a son étoile !

Monsieur mon triste amoureux, je désire un troisième dessin de vous et vous en offre le sujet :

« Sans eau la mer, sans clarté le ciel, se verront plutôt que moi sans ma plainte d’amour, que mal je cache. »

Remplacez par votre visage le visage de Pétrarque (comme le mien remplace celui de Laure), faites exprimer à votre physionomie les sentiments nébuleux du « Maître en la souffrance d’aimer ». Je vous décrirai mélancoliquement à mon tour un coucher de soleil.