Page:Adam (Lamber) – Païenne, 1883.djvu/43

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


des pissenlits dont la couleur d’or enrichit la vulgarité, de la menthe et des scabieuses lilas, des pâquerettes blanches et roses, une sorte de muguet qui s’accroche aux tiges fleuries et les orne de beaux colliers de perles noires.

« Octobre a déjà teinté de rouge la graine de l’aubépine, les clématites ont leur beau plumet de duvet, les mûriers sauvages offrent au passant des fruits parfumés. Sous les ronces se cachent de fines giroflées. Aux fusains pendillent, à travers les feuilles pourprées, des bijoux de corail en forme de trèfle.

« Perchée dans un arbre, une fille chante. Elle cueille les feuilles d’un mûrier pour la pâture des moutons. Grimpé dans un peuplier, cueillant aussi des feuilles, chante un garçon. Tour à tour ils unissent leurs voix, ou s’interrogent ou se répondent en