Page:Adam (Lamber) – Païenne, 1883.djvu/50

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Tout me paraît plus grand, plus haut, plus profond dans la nature, plus divin dans le divin.



À MÉLISSANDRE

Je n’ai jamais rêvé plus délicieusement que cette nuit, tant j’avais amassé d’images riantes et empli mon être de bonheur, de tendresse et d’espérance. Je vous dois la plus violente et la plus noble émotion de ma vie, et j’imagine que mon amour sera fait d’autant de gratitude que d’enivrement.



À TIBURCE

Une tristesse inexplicable, douloureuse, m’envahit. Sans votre tendresse, la vie