Page:Adam (Lamber) – Païenne, 1883.djvu/55

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


ressenti, ce qui nous a été révélé ? Nous avons éprouvé le tressaillement des antres sacrés, nous avons reçu l’initiation antique des mortels qui avaient pénétré dans les entrailles de la terre, vu les âmes vêtues seulement de l’ombre des corps ; nous avons traversé les cercles où l’on quitte la vie pour se réveiller dans la mort. Rappelons-nous cette heure suprême et fixons-la dans notre souvenir, pour en offrir, durant toute notre vie, la reconnaissance aux dieux.

Nous marchions vers la source de Vaucluse. L’eau des cascades de la fontaine s’était retirée subitement depuis la veille, le grand lac verdâtre était vide ; l’antre blanchi, lavé, avec sa voûte énorme, prenait l’aspect d’un temple, s’ouvrait dans toute sa profondeur pour nous attirer… Ma main dans la vôtre, j’eus à tel point le ver-