Page:Adam - Le Serpent noir (1905).djvu/373

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


368 LE srurmr Nom per, par tous les moyens, à la tyrannie des maux. — Sans doute as-tu raison,—-avoua-t-il enfin, —en théorie pure.;. Mais, _que veux-tu? il y a nos traditions, nos atavismes, les sentiments transmis par le sang des ancêtres. Il y a ce que l’on nomme la question du cœur... » — Oui, tu veux t’admirer héroïque. Ton orgueil intérieur domine les conseils de la raison, de la science... Ton orgueil! rien que l’orgueil; car la pitié, c’estl’org11eilde celui qui s’extasie devant sa bonté, son dévouement, devant son incompréhension des- lois naturelles et nécessaires à l’harmonie du monde, lesquelles éliminent la stérilité des faibles, et favori- Sent la fécondité des forts l _ · Je lui demandai s’il avait lu les romans philoso- _ phiques du marquis de Sade, et, entre autres, la si curieuse odyssée d’Aline et Valcour. Sur la côte d’Afrique, et devenu l’hôte d'un roi nègre amical, le héros du livre aperçoit, en se promenant, une pitoyable esclave attelée a ia charrue. Avec un aiguillon, son maitre la pique. Lorsqu’elle s`arrête, lorsqu'elle tombe, il la fustige.·Indigné, le voyageur prie le roi ' de délivrer la pauvre créature. Le roi consent. Et glo- rieux de sa bonne action, l’homme sensible, s’en vante auprés d’un philosophe Portugais, échoué dans Ice même pays. « 'Tu n’as fait, dit celui-ci que changer le malheur d’individu, comme on change une liqueur de bouteille. Privé de son esclave, lelaboureur se désole sur Pimpossibilité d’en avoir une autre qui trace le sillon nourricier. Il soutlre dans son orgueil humilié par le roi qu’il redoute. Est-ce une bonne action, celle qui déplace seulement le malheur sans le chas- ser entierement? Tout au plus peux—tu dire que tu