Page:Adelsward-Fersen - Notre-Dame des mers mortes (Venise).djvu/101

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
89
LE PALAIS LABIA

ne datait pas d’une heure mais de siècles les caressants. Ne s’étaient-ils pas vus autrefois dans lé ciel. Quelquefois les désirs les plus beaux se réalisent sur terre et l’on meurt aussi d’être trop heureux. Il lui dirait des choses simples et qui néanmoins la feraient tressaillir… des choses et des roses, des rosés et des chansons.

Où étaient-elles ses ailes et sa voix ? évanouis ses serments et ses rêves. Dans un coin, l’oncle auprès duquel Sforzi s’était assis, l’oncle bavardait. Il racontait des souvenirs de jeunesse. C’est drôle comme à un certain âge cela vieillit. Le cas du marquis fleurait Casanova. Alors Jacques de Liéven s’approcha de la jeune fille et dit…

— Vous vous amusiez à pigeon vole quand je suis entré ?

Elle répondit avec son petit accent puéril d’italienne :

— Oui, j’aime pigeon vole ; en y jouant, on remplace les oiseaux.