Page:Adelsward-Fersen - Notre-Dame des mers mortes (Venise).djvu/102

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
90
NOTRE-DAME DES MERS MORTES

— Vous êtes une vraie enfant de Venise alors, car Saint-Marc est en même temps un protecteur, celui des colombes.

— N’est-ce pas que est joli la Piazzetta avec leurs ailes ? Êtes-vous passé à midi quand on leur donne des graines ?

Là-bas, l’organe voltairien de l’oncle continuait :

— Elle était ravissante mon cher, si belle que je m’étais costume en gondolier pour la suivre… et alors…

Ici la voix chantante :

— Vous savez que nous avons à côté de cette pièce, dans la salle des Fêtes, les plus belles fresques de Tiepolo qui existent. Vous ne les avez jamais vues je suis sûre. Monsieur, quoiqu’elles aient été photographiées bien des fois. Je les ai vues, quand j’étais petite… Grand-père, permets-tu que j’y aille avec Andreina ?

L’autre, tout à ses histoires galantes fit un vague signe de tête. La gouvernante murmura :