Page:Adolphe Orain - Contes du Pays Gallo.djvu/239

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

propos de se conformer à la prescription du docteur, et imagina de jouer un tour au faucheur.

Il versa la médecine qu’il devait prendre dans un verre de vin, appela un domestique et lui dit d’aller immédiatement porter ce vin à Jacques Cheminet.

Celui-ci, ne se doutant de rien, avala d’un trait la boisson qu’on lui offrait, et continua son travail.

Le malheureux sentit bientôt des douleurs de ventre, et fut, à chaque instant obligé de cesser sa besogne. Il comprit que son maître lui avait joué un tour de sa façon ; mais comme il était dur au mal (suivant l’expression du pays), malgré le malaise et la faiblesse qu’il ressentait, il ne cessa de faucher que lorsque tout le foin de la prairie fut par terre.

Le soir, Jehan de Saint-Gilles reconnut avoir perdu et son foin et sa purgation.


(Conté par Mme Buffé, de Betton.)