Page:Adolphe Orain - Contes du Pays Gallo.djvu/256

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

dit ; mais il a un air mystérieux qui ne lui est pas habituel.

— Ah ! je saurai bien, moi, ce qu’il veut mesurer. Et elle appliqua dessous le boisseau, de la poix de cordonnier qu’on appelle de la gemme à Saint-Sulpice-la-Forêt.

En effet, quand on lui rapporta le boisseau, deux louis d’or y étaient restés collés.

— Tu plains quelquefois ton frère de sa misère, dit la belle-sœur de Jean Cheminet, à son mari, eh bien ! sais-tu ce qu’il voulait faire de notre boisseau ? C’était pour mesurer de l’or, et elle montra les deux louis qu’elle avait trouvés.

L’homme étonné se rendit chez son frère, et, à force de questions, parvint à savoir la vérité.

Sans rien dire à personne, il alla à son tour dans la forêt, frappa le rocher prononça les paroles magiques, et pénétra dans le souterrain.

Mais les brigands s’étaient aperçus du vol, et l’homme ne fut pas plus tôt entré chez eux, qu’ils s’emparèrent de lui et le fendirent en deux, d’un coup de sabre. Les