Page:Agoult - Histoire de la révolution de 1848, tome 2.djvu/458

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
454
HISTOIRE

sieurs occasions on l’avait vu préoccupé de se soustraire à des dangers encore lointains, de manière à surprendre, à affliger ceux qui honoraient son caractère.

Comme il administrait, le 23, à Saint-Étienne du Mont, le sacrement de la confirmation, les barricades s’étant élevées inopinément autour de l’église, il n’avait pas osé rentrer dans sa demeure et il avait passé la nuit au collège Henri IV. Pendant toute la journée du 24, on put croire, à sa contenance, à ses paroles même, qu’il ne songeait qu’à son propre danger. Ce ne fut pas sans peine qu’on le décida, aux approches de la nuit, les abords du Panthéon étant complètement dégagés par la troupe, à regagner le palais épiscopal. Mais le lendemain, c’était le jour de la Fête-Dieu, après qu’il eut offert le sacrifice de la messe, il ne parut plus le même homme. Il avait passé la nuit seul, en prière. Ses esprits abattus s’étaient relevés ; son âme s’était recueillie et fortifiée. Une inspiration simple et de source divine y était descendue ; elle y ramenait la sérénité.

Ayant appelé auprès de lui ses deux grands vicaires, M. Affre leur communiqua, en peu de mots, la résolution qu’il venait de prendre. Il allait, disait-il, se rendre au milieu du peuple, l’exhorter, essayer de le ramener à la paix. Il ne se fiait pas, pour le succès d’une telle entreprise, au pouvoir de sa parole, car il la savait dénuée d’éloquence et paralysée par une timidité excessive ; il s’abandonnait au Dieu qui l’envoyait et qui saurait bien parler par sa bouche.

Les vicaires, étonnés d’une pareille résolution, tentèrent de l’en dissuader ; ce fut en vain : « Ma vie est si peu de chose ! » disait le prélat, avec une simplicité parfaite, quand on lui peignait les dangers qu’il allait courir.

Cependant, comme il était possédé de la notion du devoir et de la règle, il voulut, avant d’aller aux barricades, faire acte de soumission au général en chef et obtenir de lui, en quelque sorte, la permission de mourir. Le 25, à dix heures, il sortit à pied de l’archevêché. Revêtu de ses