Page:Aimard, Auriac - Jim l’Indien.djvu/29

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


— Si vous le permettez, je prendrai les rênes ? j’ai peur, mais réellement peur qu’il lui arrive quelque accident.

— J’ai pris sur moi la responsabilité de l’attelage, et je ne m’en considérerai comme déchargée que lorsque je l’aurai amené jusqu’à la porte.

— Eh bien ! Maria, souffrez que je vous donne un conseil d’ami pendant le trajet qui nous reste à faire d’ici à la maison. Méfiez-vous de votre science en sport : l’été dernier, je promenais une dame à Central Park, elle a eu la même lubie que vous ; celle de prendre les rênes et de conduire à fond de train ;… vlan ! elle jette la roue sur une borne ! et patatra ! voilà le tilbury en l’air : il est retombé en dix morceaux, nous deux compris… Coût, vingt dollars !… Le cheval abattu, couronné, hors de service… Coût, trente dollars !… Total, cinquante : c’était un peu cher pour une fantaisie féminine !

Tout en parlant, riant, se moquant, nos trois voyageurs finirent par arriver.

L’hospitalière maison de l’oncle John, quoique dépendant actuellement du comté de Minnesota, avait été originairement construite dans l’Ohio.