Page:Aimard, Auriac - Jim l’Indien.djvu/73

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



Pendant qu’il parlait, le Sauvage surgit entièrement hors des broussailles, faisant voir son corps peint en guerre ; presque aussitôt il disparut.

— Ah ! en voilà plus que vous ne demandiez ! observa Maria ; votre élément de vie a fait apparition, le cadre est complet.

— Je me déclare satisfait, réellement.

— Vraiment ! je regrette que Maggie ne soit pas venue avec nous. Combien elle se serait réjouie de ce spectacle enchanteur ! je suis bien désolée de son absence.

— Et moi aussi : savez-vous, Maria, qu’elle m’a surpris et charmé bien agréablement hier soir ; elle a une distinction et une intelligence qu’envieraient nos plus belles dames des cités civilisées : je vous assure qu’elle a fait impression sur moi.

— Cela ne m’étonne pas ; elle mérite l’estime et l’amitié de chacun : c’est le plus noble cœur que je connaisse ; honnête, pure, modeste, sincère, elle a toutes les qualités les plus adorables.

L’artiste, tout en continuant de promener son crayon sur le papier, leva les yeux sur sa cousine qui était assise devant lui, un peu sur la droite.