Page:Aimard, Auriac - L’Aigle-Noir des Dacotahs.djvu/6

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


L’AIGLE-NOIR
DES DACOTAHS


CHAPITRE PREMIER

À l’occident


La civilisation est animée d’une force immense qui la pousse å une expansion sans limite ; comme la vapeur impatiente que soulève une ardente flamme, ella est toujours en ébullition, prête à se répandre hors des limites connues. La civilisation est le mouvement perpétuel de l’humanité, toujours à la recherche de l’infini.

Mais, sur son passage, elle laisse des traces, souvent misérables on sanglantes, — épaves