Page:Aimard - La Loi de Lynch, 1859.djvu/418

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


trou de la caverne était si artistiquement bouché que oui, s’il ne l’avait su d’abord, ne se fût douté qu’un trou énorme avait existé là.

— Maintenant, dit Fray Ambrosio, nous pouvons dormir ; au moins nous sommes tranquilles.


XXXVII.

La Cassette.

Malgré l’avance que la Gazelle blanche avait sur lui, don Pablo la rejoignit à moins de deux lieues du camp.

En entendant le galop d’un cheval derrière elle, la jeune fille s’était retournée.

Un coup d’œil lui avait suffi pour reconnaître le Mexicain.

À sa vue, une rougeur fébrile envahit son visage, un tremblement convulsif s’empara de ses membres ; enfin, l’émotion qu’elle éprouva fut si forte, qu’elle fut contrainte de s’arrêter.

Cependant, honteuse de laisser voir à l’homme qu’elle aimait sans espoir l’impression que sa vue lui causait, elle fit un effort suprême sur elle-même et parvint à donner à son visage une expression indifférente, tandis que la pensée refoulée bouillonnait au fond de son cœur.

— Que vient-il faire de ce côté ? où va-t-il ? Nous verrons, ajouta-t-elle au bout d’un instant.

Elle attendit.

Don Pablo ne tarda pas à la rejoindre. Le jeune