Page:Aimard - La Loi de Lynch, 1859.djvu/421

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Enfant ! ce matin, lorsque je causais avec don Valentin, vous étiez couché à nos pieds.

— En effet.

— Si vos yeux étaient fermés, vos oreilles étaient ouvertes.

— Ce qui veut dire ?

— Que vous avez entendu notre conversation.

— Quand cela serait, qu’en concluriez-vous ?

— Ceci : vous venez au camp pour contre-carrer mes projets, les faire avorter même, si cela vous est possible.

— Moi !

— Vous.

Le jeune homme tressaillit. Il fit un mouvement de désappointement en se voyant si bien deviné.

— Señorita, dit-il avec embarras…

— Ne niez pas, fit-elle avec bonté, ce serait inutile : je sais tout.

— Tout !

— Oui, et beaucoup plus que vous n’en savez vous-même.

Le Mexicain était atterré.

— Jouons cartes sur table, continua-t-elle.

— Je ne demande pas mieux, répondit-il sans savoir ce qu’il disait.

— Vous êtes amoureux de la fille du squatter, dit-elle nettement.

— Oui, répondit-il.

— Vous voulez la sauver ?

— Oui.

— Je vous aiderai.

— Vous ?

— Moi.