Page:Aimard - Les Peaux-Rouges de Paris.djvu/264

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Plaisantez-vous, Cœur-Sombre ? répondit l’hôtelier ; vous ne me devez rien, c’est moi, au contraire, qui suis votre débiteur.

— C’est possible, répondit-il en riant, mais comme je n’ai pas en ce moment le temps de régler nos comptes, prenez toujours ceci, nous nous arrangerons plus tard.

Et il le força à accepter les deux pièces d’or.

Cinq minutes plus tard, la petite caravane s’éloignait au galop de l’auberge où, en si peu de temps, s’étaient accomplis tant de curieux et terribles événements.


IV

COMMENT ARMAND DE VALENFLEURS PARTIT EN CHASSE AVEC SON CHIEN DARDAR, ET QUELLE DÉCOUVERTE IL FIT DANS LA SAVANE, AU PIED D’UN ROCHER.


Nous quitterons maintenant ces parages désolés pour nous transporter en Apacheria, aux environs du Rio Gila, magnifique rivière qui, pendant neuf mois de l’année, a cela de commun avec le Mançanarès, si célébré par les faiseurs de romances, qu’elle manque presque complètement d’eau, et que, sur certains points, on peut la traverser presque à pied sec.

Entre le rio Gila et le Rio Bravo del Norte s’étendent d’immenses plaines ou prairies, couvertes sur des espaces considérables par des herbes d’une hauteur extraordinaire, entrecoupées de bois touffus, de maigres cours d’eau, et fermées à l’horizon par des forêts vierges de châtaigniers, de chênes noirs, de mahoganis, et autres essences encore, dont les derniers contreforts grimpent et escaladent les pentes abruptes de sombres et mystérieuses montagnes, dont les pics, capricieusement découpés et couverts de neiges éternelles, se perdent dans les profondeurs du ciel.

Ces prairies, qui s’étendent fort loin, forment ce qu’on